Photolangage : Bien plus qu'un jeu !

 Si le Photolangage est de plus en plus prisé en formation, c’est qu’il se révèle plus qu’un jeu, un levier puissant d’expression et d’échanges.

Le Photolangage est devenu un mot tellement courant du vocabulaire des formateurs qu’il a pris un sens générique. Destiné à l’origine à des publics d’enfants ou adolescents, pour qui la prise de parole n’est pas nécessairement aisée, le Photolangage a vite montré les ressources qu’il recelait aussi pour les publics d’adultes… Et au sein de Médiation Formation Conseil, de nombreux consultants-formateurs l’ont adopté.

Pour comprendre cet engouement, revenons à la source.

Qu’est-ce que le Photolangage ? C’est une méthode de travail (ou de jeu) consistant à proposer à chaque participant de répondre à une question par le biais de photographies. Il est demandé à chacun, à partir d’un choix personnel d’une ou plusieurs photographies, de se positionner par rapport à une question posée.

 

Des photos choisies pour leurs forces suggestives

Concrètement le processus est le suivant : le stagiaire écoute une consigne, une question. Pour y répondre, il s’appuie sur une carte qui représente le mieux son idée, sa pensée. Il ne lui reste plus qu’à l’exprimer. Les participants découvrent, ainsi, que chacun peut voir une même photographie de façon différente.

Le Photolangage repose sur une collection de photographies sur un thème dont le choix est, bien entendu, essentiel. Ces images doivent être sélectionnées pour leur forte puissance suggestive, leur capacité projective, leur qualité esthétique et leur valeur symbolique. A travers les modes et les styles photographiques, quels qu’ils soient, chacun est convié à voir ce qui ne se laisse pas voir autrement.

 

Il se trouve que la photographie, langage universelle, se prête parfaitement à l’exercice. La photo devient objet médiateur et va inviter l’imaginaire.

 

Une incitation à l'expression, une source de plaisir

La puissance  de cette méthode réside dans son incitation à l’expression. Il ne s’agit pourtant pas de demander à chacun un commentaire esthétique sur une photographie. Ce qui est demandé, c’est d’exprimer son choix personnel d’une ou plusieurs photographies  et de la commenter.

Elle apparait comme un moyen de communication mettant en exergue les différences d’interprétation liées au « cadre de référence » de chacun. Le Photolangage est donc un outil pédagogique puissant. Il permet de mobiliser la pensée en images et facilite l’expression verbale de l’individu et l’émergence des représentations individuelles et collectives.

 

Autre atout, son côté ludique. Lorsque l’on demande aux stagiaires ce qu’ils en pensent, le mot qui revient souvent est « plaisir » : plaisir à échanger, plaisir d’être en groupe. Cela vient du fait que la méthode et perçue comme un jeu, un exercice créatif. Le fait que le sujet réponde à la question posée à l’aide d’une photo va permettre la mise en place d’un espace de jeu entre mobilisation de la pensée en images et mobilisation de la pensée en idées.

 

Une méthode pédagogique rigoureuse qui exclut l'improvisation

Le Photolangage n’est ni un test, ni un gadget, ni la solution magique qui favorise une expression libre et désordonnée. Ce n’est pas du remue-meninges et encore moins un outil rnanipulatoire. Il s’agit d’une méthode rigoureuse reposant sur une animation exigeant une parfaite maîtrise des deux temps forts de la séquence : choix des photos et échanges avec le groupe. Elle obéit à des consignes claires et à une formulation de questions précises,… . Tout sauf de l’improvisation ! Et le formateur doit l’utiliser avec éthique, en veillant au respect des personnes.

Enfin, last but not least, la méthode s’adapte à de nombreuses situations :

  • faciliter la constitution d’un groupe, la rencontre, la communication entre les personnes, dans un minimum de temps ;
  • permettre l’échange d’un grand nombre d’informations entre les personnes, en facilitant pour chacun la prise de parole ;
  • prendre conscience de son point de vue personnel, de sa propre vision et l’exprimer ;
  • relativiser sa propre position par rapport à d’autres, partager les représentations que l’on a d’un sujet ou d’un problème,…

Vous l’avez compris, nous apprécions le Photolangage. Et s’il fallait, en plus de cet article,  un slogan pour convaincre, ce serait  « L’essayer, c’est l’adopter » ! A  condition de le pratiquer avec pertinence. Longtemps utilisé en pédagogie, le voila qu’il pénètre dans l’univers de l’andragogie, la pédagogie des adultes. Une méthode qui montre à quel point Enseignants et Formateurs exercent un métier bien proche : apprendre, transmettre et partager !

NB : cet article a été réalisé en s’inspirant d’informations provenant de l’excellent site : Photolangage.com

 

André CHAOUAT